Qui sommes-nous ?

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, sommes des êtres humains dignes de jouir pleinement de notre humanité par l’exercice de nos droits et par l’accomplissement de nos devoirs.

Semblables aux autres peuples, malgré les spécificités ethniques, culturelles, linguistiques et religieuses qui nous caractérisent les uns et les autres, nous devons, peuple et État, respecter rigoureusement les conventions et les pactes internationaux.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, sommes non pas des sujets mais des citoyens qui se doivent d’accomplir leurs devoirs et peuvent exercer leurs droits et jouir de leurs libertés individuelles et publiques, dans une nation édifiée par ses propres enfants sur des principes de justice, d’équité, de participation citoyenne et de pérennité.
Nous, Tunisiennes et Tunisiens, reconnaissons porter en nous les souffrances d’un pays lapidé, tout comme nous portons son histoire et l'empreinte des diverses civilisations qui l’ont marquée, sa culture plurielle et sa multiplicité confessionnelle. Cet enracinement dans un arc-en-ciel patrimonial nous ouvre les voies de la création et nous permet de contribuer à l’édification de l’humain: un être humain capable de penser, de créer arts et techniques, modernité et progrès.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, n’établissons pas de différence entre les hommes. Ni la race, ni la couleur, ni le sexe, ni la croyance, ni l’appartenance politique, régionale ou professionnelle ne nous distinguent.

Notre objectif est de mener ensemble réflexion et travail, à en recueillir ensemble les fruits afin que, peuple uni dans sa diversité régionale et confessionnelle, nous avancions vers la concrétisation de notre humanité.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, aspirons à l’union afin d’améliorer la vie du peuple tunisien. En allant vers lui, en étant à son écoute, en tentant de gagner sa confiance, en partageant son fardeau mais aussi ses rêves, nous parviendrons à être à ses côtés et à partager son combat.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, avons la conviction que les différentes luttes menées par le peuple tunisien, depuis l’indépendance, barrent la route au retour de la dictature, du chef tyrannique, du calife même équitable, du combattant suprême, des prétendus représentants de Dieu, de la justice et de la majorité absolue, du parti unique, de la mainmise sur les biens communs, des prétextes de relance économique, de la concentration des pouvoirs et de la domination du centre.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, sommes unis par la Révolution du peuple engendrée par la désillusion nationale, la dureté de la vie dans les régions oubliées et la pauvreté qui sévit à la périphérie de nos villes. Grâce à la détermination de nos jeunes, cette Révolution s’est distinguée par son caractère pacifique : il n’y a eu, en effet, ni violence, ni appel à la violence. Moderne dans sa démarche, elle a adopté ce que l’histoire a produit de meilleur en redonnant leur plein sens aux notions de solidarité, de dignité et de don de soi. Elle a ravivé fierté et réflexion ; elle a vaincu et vainc encore toute tentative de retour vers le passé.

Nous, Tunisiennes et Tunisiens, sommes déterminés à agir tous ensemble, loin de tout esprit de discrimination et de favoritisme. La liberté, la dignité et le développement équitable constituent notre seule devise. Nous croyons en la force de l’union et œuvrons à sa construction.

Forts de notre passé et de nos racines, nous, Tunisiens et Tunisiennes, faisons partie intégrante du monde, humains parmi les humains.

Notre engagement n’est pas circonscrit dans l’espace délimité par les frontières de notre pays. En effet, nous aspirons à instaurer la paix, l’égalité et la justice dans l’ensemble des relations humaines. Les opprimés là où ils se trouvent, constituent le centre de nos préoccupations qu’ils soient dans le monde méditerranéen, le monde arabe, l’Afrique, l’Asie ou l’Amérique latine.

 

Que voulons-nous ?

Nous voulons contribuer à la réalisation des revendications de la Révolution et être aux côtés de nos jeunes, filles et garçons, dans les différentes villes et campagnes, dans tous les villages de notre pays mais aussi à l’étranger.

Nous ne voulons pas que la Révolution soit subvertie, que la flamme révolutionnaire du peuple s'éteigne et que l’horizon qui s’ouvre devant lui soit une nouvelle fois barré.

Nous voulons agir, au sein de notre association, avec loyauté, dans le respect de nos principes, de notre pays et des valeurs humaines. Nous voulons collaborer avec d’autres réseaux d’associations de la société civile afin qu’ensemble nous puissions participer à réaliser la justice, l’égalité, le développement pour tous, ici et maintenant, mais aussi dans le reste du monde.

Nous voulons instaurer, au sein de notre pays, un dialogue permanent autour des problèmes locaux, régionaux, nationaux et internationaux, et élever la conscience politique et la culture juridique, par le débat rationnel, l’action concrète et par tous les moyens susceptibles de combattre la violence ou l’incitation à la violence.

Nous voulons inscrire notre engagement dans « la chose publique », dans les domaines politique, économique et culturel car nous ne sommes pas une association dont le champ d’activité est limité. Au contraire, nous tentons de participer à tous les débats qu’il s’agisse de la recherche prospective, de la planification ou de toute action qui concerne la vie publique.

Nous voulons que notre pays se libère de la dictature et brise ses chaînes, afin que le peuple acquière son pouvoir, élimine la répression et la torture et se dégage du mépris dont il souffre, pour atteindre la démocratie participative, la bonne gouvernance et ainsi éviter la corruption par la mise en œuvre de la transparence, de la justice et d’un contrôle citoyen efficace.

Nous voulons qu’aucun Tunisien ne soit marginalisé et que les institutions de l’État soient au service du citoyen, que nous vivions ensemble, tel un arc-en-ciel que formeraient nos diverses croyances et nos choix intellectuels ou individuels. Nous voulons débattre, en adversaires mais jamais en ennemis, sans nous imposer, en ouvrant des perspectives et en évitant la censure. Ce que recherchons, c’est la diversité et non l’exclusion.

 

Comment atteindre nos objectifs ?

Nous voulons être actifs dans toutes les régions et collaborer avec ceux qui opèrent dans les divers secteurs et spécialités. Nous voulons être semblables aux « enfants de notre pays », mais différents dans nos choix politiques et intellectuels. Cependant, chacun se doit de respecter les principes fondateurs de notre association et éviter de les détourner à d’autres fins.

Nous voulons que nos cellules soient implantées partout, dans les villes, les villages et les campagnes, qu’elles intègrent l’ensemble du tissu associatif et que se développe un réseau de plus en plus large, embrassant diverses associations et intégrant même des militants qui agissent individuellement. La seule condition de notre collaboration est le partage de nos choix fondamentaux.

Notre objectif est le travail collectif. Nous ne cherchons ni le paraître, ni la reconnaissance ; notre seul souci est l’efficacité.

Nous voulons instaurer une tradition dans le travail associatif, qui reposera non pas sur une discipline aveugle et une structure hiérarchique figée, mais sur la participation de chaque militante et militant dans un dialogue qu’ouvrent les nouvelles technologies de communication et les rencontres périodiques, nationales et régionales.

Si nous voulons développer l’esprit d’initiative, l’indépendance des militants et l’autonomie des cellules, nous ne voulons pas perdre pour autant la vision commune, les choix méthodologiques et l’unité des efforts communs.

Nous voulons diversifier nos activités et nos interventions mais nous ne voyons aucun inconvénient à ce que nos cellules s’intéressent à un champ d'action particulier.

Nous déploierons nos efforts pour établir des études prospectives et tendrons la main à tous ceux qui partagent nos principes, nos choix et nos moyens d’action. Nos contributions différeront, cependant, en fonction des proximités qui nous rapprocheront de nos partenaires.

Notre souci essentiel est de prévoir les événements et d’en influencer le cours par l’explication, l’argumentation, la communication, le lobbying, la pression, la mobilisation pacifique, le resserrement des rangs et les actions communes.

Nous affirmons que le seul pouvoir est le pouvoir du peuple et que le développement ne peut être que durable et juste.

Nous appelons à instaurer une vraie démocratie locale et un processus de développement plus solidaire.

Nous aspirons à coopérer avec toutes les associations et organisations du monde afin de construire un nouvel univers respectueux de notre humanité et une voie commune en conformité avec les exigences du siècle.