Nous, Collectif pour la défense des libertés individuelles

Considérant les dispositions de la Constitution du 27 janvier 2014 reconnaissant l’égalité de tous les citoyens (article 21), et garantissant les libertés individuelles  (article 21), le droit à la dignité (article 23), la protection de la vie privée (article 24), les libertés de conscience, de croyance et de culte (article 6),


46 organisations, célébrités et dessinateurs de presse appellent à adopter une approche respectant les droits humains

(Tunis, le 28 avril 2016) – La lutte contre le terrorisme et le respect des droits humains sont complémentaires, ont affirmé aujourd’hui 46 organisations tunisiennes et internationales de défense des droits humains, dans une lettre ouverte adressée à tous les Tunisiens et intitulée « Non au terrorisme, oui aux droits de l’homme ». Trois des organisations tunisiennes signataires ont reçu en 2015 le Prix Nobel de la Paix. Deux autres représentent les familles des politiciens tunisiens Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, assassinés en 2013 par des terroristes. Cinq célébrités tunisiennes, parmi lesquelles des acteurs, un rappeur, une cinéaste et une championne sportive, ont soutenu ce point de vue dans une vidéo également diffusée aujourd’hui.

Tunis 24 Novembre 2015

Hommage aux martyrs !

Tunis le 23 Janvier 2015

Suite aux graves évènements qui secouent actuellement le pays, les organisations de la société civile signataires déclarent ce qui suit :

Nous suivons avec beaucoup d’inquiétude le mouvement contestataire des demandeurs d’emploi qui a embrasé le Gouvernorat de Kasserine depuis le 17 Janvier et qui s’étend, depuis, à plusieurs autres régions du pays.

Tunis, le 26 octobre 2015

Communiqué à propos de l’exclusion de la société civile des travaux de l’Assemblée des Représentants du Peuple

Les différentes composantes de la société civile ont reçu avec une profonde désapprobation la soumission d'un projet d’organisation d’accès de la société civile à l'Assemblée des Représentants du Peuple, ayant  pour implication l’interdiction à la société civile de suivre les travaux de l’Assemblée et plus précisément les travaux des commissions. Et après examen du document soumis au bureau de l’Assemblée par l’assesseur chargé des relations avec le citoyen et la société civile, les organisations signataires ci dessous :